Découvrez une série d'événements consacrés à E.N Méhul, programmés par le Palazzetto Bru Zane de Venise.
Couverture du livre/disque Uthal de Méhul

Bonjour à tous!

Il y a quelques temps, suite à la parution d'articles concernant le bicentenaire de la mort d' E.N Méhul, j'ai reçu un coup de téléphone inattendu. Quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre que mon article avait traversé les frontières et que l'Italie était au bout du fil. Vous devez vous demander de quoi je parle :-). C'est en réalité le Palazzetto Bru Zane, centre de musique romantique française, basé à Venise, qui m' a contacté pour partager avec vous et moi leur découvertes et les événements mettant à l'honneur notre cher compositeur Givetois.

En effet,  le Palazzetto Bru Zane a pour vocation de favoriser la redécouverte du patrimoine musical français du grand XIXe siècle (1780-1920), en lui assurant le rayonnement qu’il mérite et qui lui fait encore défaut. Des séries de recherches scientifiques réalisées en partenariat avec des musicologues et des institutions internationales, des parutions de livres, l'édition de partitions musicales qui n’ont jamais été publiées, ou encore la programmation de concerts à l'echelle internationale...Le Palazzetto Bru Zane met tout en oeuvre pour revaloriser ce patrimoine musical trop souvent méconnus de nos jours.

C'est donc avec un immense plaisir que je partage avec vous cette source d'informations. Voici les événements à venir, mettant à l'honneur Etienne Nicolas Méhul.
 

Sortie du Livre-disque Uthal  1 CD / livre de 137 pages, 10 février 2017

« Le 17 mai 1806, l’Opéra-Comique donnait la première représentation d’un curieux opéra de Méhul, Uthal, sur un livret inspiré d’Ossian, d’une singulière couleur romantique.» Lionel de La Laurencie ne s’est pas trompé, aussi tard qu’en 1925, lorsqu’il commenta les créations lyriques les plus originales de la période napoléonienne, battant en brèche l’idée reçue que seule la pompe superficielle habitait la musique de cette époque. C’est à la faveur du succès des Bardes de Lesueur en 1804, sur la scène de l’Académie impériale de musique, que l’OpéraComique commanda à Méhul une œuvre courte et saisissante, inspirée des rêveries ossianiques de Macpherson que la France découvrait alors.

Le compositeur eut l’idée géniale et risquée de traduire musicalement les brumes d’une Écosse fantasmée par la sonorité en «grisaille» d’un orchestre sans violons. La teinte gothique des instruments à vent, et la poésie mélancolique d’une harpe émergeant sporadiquement de
l’ensemble contrastent avec les chœurs guerriers et les accents belliqueux de Larmor ou d’Uthal. Dès l’ouverture, Méhul innove en faisant intervenir depuis la coulisse le personnage de Malvina appelant désespérément son père. Le chœur lui-même n’est coloré que de voix d’hommes à trois parties. L’Hymne au sommeil, chant de bardes éminemment romantique, s’imposera comme l’une des meilleures pages du compositeur, que les élèves du Conservatoire chanteront sur sa tombe lors de ses funérailles en 1817.

Opéra-comique en un acte. Livret de Jacques-Benjamin-Maximilien Bins de Saint-Victor d’après James Macpherson. Créé à l’Opéra-Comique de Paris le 17 mai 1806. LES TALENS LYRIQUES CHŒUR DE CHAMBRE DE NAMUR Christophe Rousset direction.
Avec Karine Deshayes, Yann Beuron, Jean-Sébastien Bou, Sébastien Droy, Philippe-Nicolas Martin, Reinoud Van Mechelen, Artavazd Sargsyan et Jacques-Greg Belobo
COLLECTION « OPÉRA FRANÇAIS » DU PALAZZETTO BRU ZANE – volume XIV. Livre-disque bilingue en français et anglais
Textes musicologiques de Gérard Condé. Textes historiques d’Hector Berlioz, Étienne-Nicolas Méhul, Jacques-Benjamin-Maximilien Bins de Saint-Victor et Arthur Pougin.

Je vous laisse découvrir la vidéo présentant le nouveau livre-disque Uthal de Méhul par Les Talens Lyriques ainsi qu'un extrait de ce dernier.

Couverture du livre Le fer et les Fleurs

Sortie du Livre Le Fer et les Fleurs consacré au compositeur, le 13 septembre 2017

Le Fer et les Fleurs : Étienne-Nicolas Méhul (1763-1817)

Suite à deux journées d’études vénitiennes tenues en juillet 2015, le Palazzetto Bru Zane publie en collaboration avec Actes Sud un ouvrage collectif qui présente pour la première fois de façon aussi détaillée les diverses facet­tes du compositeur.

Sous la direction d’Alexandre Dratwicki et Étienne Jardin

Une série de concerts autour de Méhul...

...pour laquelle le Palazzetto Bru Zane a découvert que la Messe du Sacre de Napoléon jusqu’ici attribuée à Méhul serait en fait d’un compositeur autrichien du nom de Kleinheinz. 

Lorsque le Palazzetto Bru Zane a décidé de célébrer le bicentenaire de la mort d’Étienne-Nicolas Méhul (18172017), la Messe en la bémol majeur, dite « du Sacre de Napoléon » a immédiatement suscité l’intérêt du centre. Seule œuvre sacrée du compositeur, elle paraissait d’autant plus insolite dans son catalogue essentiellement dédié à l’opéra, au ballet et à la symphonie. On savait déjà que cette composition n’avait pas
été jouée lors du couronnement de décembre 1804 et qu’elle serait tombée dans l’oubli, avant de connaître une longue postérité à partir de sa « redécouverte» en France en 1879.

Des écrits d’Arthur Pougin (1889) aux publications les plus récentes des spécialistes de Méhul, la paternité de cette messe n’avait jamais semblé être remise en cause. Sa programmation par le Palazzetto Bru Zane pour une série de concerts avec Les Siècles sous la direction
de François-Xavier Roth a cependant permis, en donnant une forte visibilité à l’œuvre, de faire resurgir tout récemment des documents jusqu’alors inédits et de remettre en cause des spéculations séculaires.

VENDREDI 10 MARS, 20H > Théâtre De Nîmes (France)

SAMEDI 11 MARS, 19H > Chapelle Royale du Château de Versailles (France)

Au programme :

Étienne-Nicolas MÉHUL
Les Amazones (ouverture)
La Chasse du Jeune Henri
Franz Xaver KLEINHEINZ
Messe en la bémol majeur « dite de Méhul »
Ludwig van BEETHOVEN
Symphonie n° 5 en ut mineur

J'espère que cet article vous a plu et vous a donné envie d'en apprendre davantage sur qui était Etienne Nicolas Méhul, l'enfant du Pays. :-)