Haybes la Rose ou Haybes la jolie est un joli petit village fleuri se situant à la sortie d'une boucle de Meuse, enserré dans une vallée bordée par les massifs anciens et une forêt de légendes.

L'histoire?

 Nous ne connaissons pas exactement l'origine du nom du village, si ce n'est que Haybes c'est écrit de différentes manières au fil du temps. Ce village garde un aspect relativement neuf. Bombardé en août 1914 par les troupes allemandes, Haybes fut rattaché à la France en 1699 et n'a gardé qu'un seul bâtiment d'avant cette période : Le Foyer Communal récemment rénové, il fait aujourd'hui office de salle de spectacle. L’industrie ardoisière marque encore le paysage naturel des Ardennes, par ses vestiges de verdaux (accumulation de chutes d'ardoises) et par son architecture. Haybes ne comptait pas moins de 50 ardoisières, toutes fermées depuis 1953. La ville garde les traces de cette industrie : les toits et façades, les dallages et démarcations de terrains, tout ce faisait avec ce matériau. D'ailleurs grâce à elle, Haybes hérita de bien beaux surnoms : Haybes la Rose, Haybes la jolie. En effet les ardoises extraites des mines du village avaient la particularité d'être légèrement rosées.

Un monument authentique?

Au c?ur du village, nous pouvons voir un arc de triomphe réalisé en pierre blanche de France, et portant la liste des victimes de la commune. Au centre, ce trouve des personnages, réalisés en fonte bronzée, placé sur un fragment du globe représentant la France. La scène représente le peuple français, sous les traits d’un adolescent. Il porte, dans son bras gauche un ensemble de livres représentant le Droit et la Science et brandit, de la main droite, le flambeau de la liberté. Protégé par un lion, il marche sous l’aile de la victoire qui le guide dans sa route. L’ensemble repose sur un socle de pierre bleue, le calcaire de Givet, sur lequel sont fixées trois plaques, également en bronze. La première représente la Grande Rue du bourg en flammes après les abus commis par l’ennemi. La seconde montre la Patrie s’inclinant devant une tombe. La dernière plaque montre une section de mitrailleurs placés en rive gauche du fleuve et regardant en direction de Haybes. L’?uvre est signée de L. Rauner.

Terre de Légendes?

Madame de Cormont et sa famille demeuraient dans un château situé sur les hauteurs du bourg. Un matin son mari, Sire de Cormont, lui proposa une chevauchée dans les bois. Madame de Cormont, ne se doutant pas du complot et monta en croupe derrière son mari. Mais celui-ci fit bondir l'animal au passage de la porte cochère. Madame de Cormont n'eut pas le temps de s'abaisser et se blessa violemment. Elle fut sauvée grâce aux soins prodigués par les habitants du village tandis que son mari prenait la fuite. Lorsqu’elle décéda en 1729, elle légua son or aux pauvres de la commune et ses terres aux moines Jéroministes de Fumay. Ces derniers lui érigèrent une chapelle en forêt, sur le sentier appelé aujourd’hui sentier de Cormont. L’édifice fut brûlé à la Révolution.

La légende raconte que, « pendant l’incendie se grava sur un rocher, faisant face à chapelle, la figure de Madame de Cormont qui protestait ainsi, contre cet odieux vandalisme ».

La légende raconte qu’on demanda à Saint-Martin, passant par Haybes, de se rendre à Charleville pour aller chercher des bouteilles et des noix. Au retour, un violent orage le frappa sur les hauteurs du village, éparpillant et détruisant les marchandises. Voyant là un avertissement de la puissance céleste, Saint Martin tomba à genoux sur une pierre et pleura sept années durant. Aujourd’hui, on peut encore voir, sur cette pierre, l’empreinte faite par les genoux et les coudes du Saint, et aussi la petite cavité creusée par ses larmes qui, nuit et jour pendant ces sept années, ne cessèrent de couler.

Authenticité?

La bière est un thème central et un produit authentique du terroir ardennais. Belge comme français possèdent une histoire avec cette dernière. En 1921, 17 petits brasseurs des Ardennes et de la Meuse décident de s'unir pour créer une brasserie centrale. Mais après la Seconde Guerre mondiale, la GBA (la Grande Brasserie Ardennaise) est rachetée par le groupe belge Artois et ferme ses portes en 1979 laissant un grand vide derrière elle.  Mais aujourd'hui la bière revient à Haybes ! Le temps d'une pause au bord de la voie verte, dans le domaine « Le Clos belle rose », il est possible de déguster de la bière fabriquée à Haybes et même de participer à des cours de brassages ! Pour la petite histoire, 2 bières sont fabriquées à Haybes :

L'Hayboise (ambrée) : en rappel avec la commune de Haybes où se situent les deux établissements mais également avec l'ardoise de Haybes et de Fumay.

Le Cerf blanc (blonde) : Vient de l'association entre l'hôtel restaurant le « Saint Hubert » et le patron des chasseurs.

Bien-être?

Pour bien finir cette 1ère semaine d'été passée à Haybes, rien de tel qu'un peu de sport. Et à Haybes vous serez servi ! De nombreuses activités sont proposées, dec la location de bateaux électriques pour une navigation sur la Meuse, aux circuits pédestres et Vtt au c?ur de la forêt ardennaise longeant les ruisseaux ou sur la voie verte pour s'oxygéner, le canoë-kayak?

Et pourquoi ne pas partir à l'aventure en gyropode ! A la découverte des histoires et des légendes de ce territoire, au gré d'une randonnée riche en découverte, savourez ce moment unique qui vous sera proposé. Et soyez sur vos gardes, vous croiserez peut-être Robin, qui sait?

 

Cet article A la découverte de Haybes est apparu en premier sur Val d'Ardenne tourisme, le blog.