En Ardenne, on la déguste souvent tiède avec le café au lait du petit déjeuner ou bien encore et surtout en fin de repas en guise de dessert. Qu’importe le moment… à n’en point douter… il vous suffira de la goûter pour l’apprécier et n’avoir qu’une envie… en déguster une nouvelle part.

Les premières galettes furent des galettes à la cassonade, cette dernière étant restée pendant très longtemps, beaucoup moins chère que le sucre ! Mais le sucre devenant plus courant au fil des années, la galette au sucre, quand on n'avait peu de moyens, resta la friandise que l'on pouvait réaliser avec très peu de chose. User le moins d'ingrédients possible : faire yauque avè rien. Telle était la devise de nos grands-parents qui ne pratiquaient pas l'abondance.

Voilà, une recette simple, des ingrédients communs et peu couteux, que tout le monde possédait chez soi, un peu de temps pour travailler la pâte, mais surtout, de la patience pour la laisser reposer et vous aviez une galette somptueuse !

La recette (pour une galette)

Cuisson : 10 à 15 minutes

Ingrédients : 250g. de farine – 1/2 paquet de levure boulangère (21g.) délayée dans 1/2 verre d’eau tiède ou de lait tiède – 125 g. de beurre fondu – 2 oeufs.

  • Verser la farine dans une terrine et faire une fontaine. Y mettre une pincée de sel et y casser un oeuf.
  • Ajouter la levure dissoute dans l’eau tiède sucrée ou le lait tiède sucré.
  • Remuer, puis ajouter le beurre fondu. Travailler le tout vigoureusement pendant au moins 5 minutes.
  • Laisser reposer la pâte 2 heures environ.
  • Etaler ensuite la pâte dans une tourtière préalablement beurrée.
  • Saupoudrer de sucre puis mettre quelques noisettes de beurre ainsi qu’un oeuf battu.
  • Mettre au four 10 à 15 minutes, th. 7 (la pâte doit rester « veûle » c’est-à-dire souple, molle)

Pour la petite histoire : On la nommait aussi, en certains endroits, galette à suc ou à chuque.

Des variantes existaient pour la réalisation des galettes à sucre ! Principalement en ce qui concernait la matière grasse employée pour la fabrication de la pâte. Dans les fermes d'autrefois, il était fréquent de voir le beurre remplacé par du saindoux.

Une autre variante consistait en l'utilisation, en quantité égale, de beurre, de saindoux et de graisse d'oie fondue.

La cuisson des galettes se faisait alors dans le four à bois de la maison, aussitôt après la fournée de pain. En cinq à dix minutes, pas plus, elles devaient être cuites pour rester moelleuses au c?ur et sur le dessus, légèrement croustillantes sur le pourtour, parfumées à souhait.

Et comme on disait dans les maisons : Ah ! Journée d'galettes, journée d'pirouettes?

Bonne dégustation ?

Cet article La galette au suc’ comme chez nous ! est apparu en premier sur Val d'Ardenne tourisme, le blog.