Aujourd’hui, à quelques jours d’Halloween, partons à la découverte de la légende des trois miracles de saint Agrapaud à Revin. L’Ardenne, terre de légendes, en voici la preuve encore une fois.

Quewet, le meunier du moulin de Falière, était un homme fort simple. Sa femme partageait son temps entre les soins du ménage et les pèlerinages qu'elle faisait dans les chapelles des environs pour avoir un enfant. Or jusqu'à ce jour, le bon dieu et ses saints n'avaient pas semblé l'entendre. Si bien qu'un jour de printemps 1554, elle partit pour Montagne-la-Grande, y invoquer saint Agrapaud, réputé pour désensorceler les femmes stériles.

Quelques mois plus tard, naissait Lambert, un bon gros garçon qui ressemblait fort à son père, et tout aussi niait que lui. Il faut préciser que Saint Agrapaud, ne donnant pas ses faveurs à moitié, promit que l'enfant ferait trois miracles à l'âge adulte, s'il se trouvait en péril, en invoquant le saint par trois fois.

Ses parents moururent en l'an 1580, lui laissant le moulin en héritage, et lui confiant avant leur mort, la promesse de saint Agrapaud. Devenu adulte, le bon et naïf Lambert se sentait bien seul, mais il était si timide qu'il n'osait approcher aucune des belles filles de Revin.

Or parmi elles, se trouvait Renaudette, qui faisait forces avances à notre enfariné, qui ne devinait point le jeu de la péronnelle. Celle-ci était fort délurée et décida de rendre visite à Lambert. Mais quand il la vit s'apprêter à traverser la passerelle menant au moulin, il fut tant troublé de cette visite inattendue, qu'il invoqua saint Agrapaud. Et notre belle vit la passerelle se redresser devant elle. Elle s'enfuit très effrayée. Ce fut le premier miracle. Mais la demoiselle n'avait pas dit son dernier mot et entreprit de lui mijoter un bon souper. Ainsi fut fait ! Mais au moment où elle se rapprochait de lui, le pauvre Lambert perdit à nouveau ses moyens et invoqua de nouveau saint Agrapaud !

La table se retourna, l'os du jambon se transforma en étrange caillou noir, et Qwewet s'évanouit ! Renaudette se mit alors à raconter ces faits étranges et il fut décidé que la milice communale s'en irait le lendemain voir de plus près ce qui se passait au moulin de Falière.

Quand il vit la milice arriver, pris de panique encore une fois, il invoqua de nouveau le saint. Il saisit son fameux caillou noir, qu'il n'avait pas encore osé toucher et sortit du moulin, bien décidé à se défendre. Paralysé par le danger, Quewet prit le caillou qui vola dans les airs en sifflant et tomba dans la Meuse à quelques pas des soldats stupéfaits. Le caillou se transforma en un énorme rocher en forme d'?uf !

Les trois miracles accomplis, Renaudette amena par la main son galant à la réunion qui se tenait place des Wagis, afin d'élucider tous ces mystères. Lambert Quewet expliqua alors la promesse de saint Agrapaud, à faire partie du conseil bourgeois en qualité de deuxième maimbourg. Il fut officiellement fiancé à Renaudette et la ville de Revin prit à sa charge les frais de la noce.

Les séries de miracles étant épuisées, le menier jugea plus prudent de ne pas invoquer Saint Agrapaud, d'autant qu'ils vécurent heureux et eurent onze garçons, tous meuniers de père en fils.

Les jeunes filles de Revon sont persuadées qu'elles ne coifferont jamais Sainte-Catherine si, prudemment, elles évitent de se baigner dans la Meuse à l'endroit où la fameuse roche noire, la Roche-au-Clé (célibat) émerge de l'eau. Par contre, si elles veulent trouver un mari, elles se baigneront dans le ruisseau de Falière.

Cet article La légende des trois miracles de saint Agrapaud est apparu en premier sur Val d'Ardenne tourisme, le blog.