Avez-vous déjà entendu parler des « Grouiiks », ou tout simplement aperçu leur logo comportant un animal qui nous est assez familier en Ardenne. Vous voyez de quoi je veux parler ? En effet, il s'agit bien de l'escadron de chasse 3/3 « Ardennes » qui a célébré en Septembre dernier ses 70 ans d'existence. Retour sur son histoire riche et intense  avec une forte appartenance à l'Ardenne.

Un peu d'histoire?

Créé en mai 1939 et dissout un an plus tard, l'escadron de chasse 3/3 est sur tous les fronts. Ayant pour mission de renforcer notre Armée de l'air, cet escadron de chasse a participé à la Seconde Guerre mondiale, à la crise du canal de Suez ? En voguant sous les couleurs du sanglier, il a inscrit ses exploits dans l'histoire de l'aviation française. Entre traditions et opérations, l'escadron de chasse 3/3 est devenu un escadron légendaire, incontournable dans l'armée de l'air.

Une qualité essentielle : être là où il faut et au bon moment?

Ce n'est qu'en octobre 1943 que le Général De Gaule, suivant la décision du Général Valin (Chef des FAFL au Moyen-Orient) créa officiellement le groupe de chasse « Ardennes » qui attribue des noms de provinces françaises aux escadrons. Vous me direz pourquoi avoir appelé ce groupe de chasse« Ardennes » ? Ce nom d'escadron renvoie à l'impressionnante résistance à l'ennemi et au très fort sentiment patriotique qui caractérise les ardennais et qui va si bien correspondre aux sangliers du 3/3.  Ce sanglier, « Aldo » pour les intimes, unira pilotes et mécaniciens autour d'une même devise : « Ne recule, ni ne dévie ». Le groupe voit vite le sanglier rejoindre l'escadrille de la croix de Lorraine.

Les deux escadrilles se parent des couleurs rouge et bleu. La « verte », quant à elle, les rejoindra plus tard. Le fort attachement à l'unité traversera les époques et restera intact pour tous ceux qui ont un jour porté les couleurs de « l'Ardennes ». En Juin 1944, le numéro III/3 est accolé à son nom de baptême. Les aviateurs du groupe participent alors aux opérations de libération de la France. Les missions d'attaque de convois, de poches de résistance ennemie, de dépôts de carburant et de munitions s'enchaînent. D'octobre 1944 à mai 1945, « l'Ardennes » accumule plus de 4 000 heures de vol en  2 275 sorties. La guerre finie, l'escadron est dissous le 1er Mars 1946 avant de rennaitre le 1er Janvier 1950.

En 1956, les aviateurs du 3/3 entrent de plein fouet dans la campagne de Suez en participant notamment à l'attaque du terrain de Louxor où sont détruits de nombreux aéronefs égyptiens. Un an plus tard, l'escadron est de nouveau dissout pour cause de restriction budgétaire.

Mais les « sangliers » n'ont pas dis leur dernier mot. Il se pose une bonne fois pour toutes, le 1er Juillet 1974, à Nancy-Ochey. L'un des faits marquants de l'escadron se produit dix ans plus tard. Quatre Jaguar sont mis en alerte pour prévenir de toutes offensives libyenne au Tchad.

De nombreuses missions?

Lors de l'opération Harmattan, quand les avions français pénètrent dans le ciel libyen, c'est « l'Ardennes » qui largue les premières bombes, le 19 Mars 2011. En Afghanistan, après dix ans de présence sur le théâtre, ce sont les Mirage 2000D du 3/3 qui mettent un terme au détachement de chasse français, le 5 Juillet 2012. Les « Grouiiks » sont également en première ligne lors de l'opération Serval, toujours en cours au Mali.

Une preuve de plus que l'Ardenne et son sanglier possèdent une histoire forte et saura toujours vous surprendre.

Textes et illustrations extraites du Magazine « Air Actualités » n°665 de Octobre 2013

Retrouvez l'intégralité de l'article en suivant ce lien :

http://fr.calameo.com/read/000014334ef74022aa909

Cet article « Les Grouiiks » ont 70 ans ! est apparu en premier sur Val d'Ardenne tourisme, le blog.