Aujourd’hui, laissez-moi vous lancer une invitation à remonter le temps. Un brin de nostalgie va peut-être envahir certains d’entre vous, alors que d’autres, au contraire, vont être étonnés de découvrir pour la première fois un petit patrimoine qu’ils ne soupçonnaient même pas.

Fermez les yeux et imaginez des enfants qui jouent sur la place d’un village. Le doux clapotis d’une eau limpide qui s’écoule d’une fontaine et non loin de là, les bavardages de quelques femmes réunies autour du lavoir.

Vous voici revenus au temps des lavandières. En toutes saisons, elles se retrouvent là pour laver le linge. Avec leur brosse en chiendent et du savon, elles frottent le linge avec de la cendre de bois. Elles le rincent, puis, battoir en main le tapent pour l’essorer au mieux. Bien sûr, quelques cancans égayent leur dur labeur puis elles repartent avec leur brouette ou leur panier chargé du linge fraîchement lavé.

Cette scène d’autrefois vous paraît démodée. Peut-être pas… ré-ouvrez les yeux, vous êtes au coeur du village de Chooz. Les lavandières ne sont plus là, mais le lavoir demeure dans la rue du Baty.


Tout comme à Fépin, juste à l’entrée de ce village ardennais, où le souvenir de ces femmes vous reviendra en mémoire, ainsi qu’à Aubrives, rue de la Fontaine.


Les lavoirs sont les témoins de moments authentiques de nos villages. Même s’ils ont été abandonnés au cours du XXe s. pour laisser place à la machine à laver, certains d’entre eux existent toujours. Quel ardennais ne connaît pas le plus fameux d’entre eux: le lavoir de Roche, petit village ardennais où le poète Arthur Rimbaud venait chercher l’inspiration. Ceux de Chooz, de Fépin et d’Aubrives sauront aussi vous émouvoir.

Pour la petite histoire:

Son nom ne vous est pas inconnu. La mère Denis, de son vrai nom Jeanne Le Calve, est une des lavandières qui a marqué le plus les mémoires en faisant une publicité dans les années 70-80 pour une marque de machine à laver. Il y en a bien d’autres. Saviez-vous, par exemple, que la célèbre « Goulue » du Moulin Rouge de Paris, avait été elle aussi lavandière avant de conquérir la capitale ?

Cet article Les lavoirs d’antan est apparu en premier sur Val d'Ardenne tourisme, le blog.