Le centre historique de Givet, la cité de Vauban

Givet illustre le passé historique tourmenté de cette région frontalière. D’abord fortifiée par

Charles Quint au XVIe siècle, la ville fut remaniée par Vauban au XVIIème siècle.

Son centre-ville historique en garde encore de nombreux témoignages : le Couvent des

Récollectines, la Citadelle de Charlemont qui la domine. Ses portes imposantes, ses ruelles étroites, son église fortifiée et ses tours étaient au cœur du dispositif de défense imaginé par

Vauban.

Dominant la ville sur les hauteurs du Mont d’Haurs, la tour Grégoire (XIe siècle) veille. Au bord de la Meuse, la tour Victoire (XIV-XVe siècle) allie harmonieusement la pierre bleue et

la brique. L’Esplanade Sourdille (Canon, statue, ancien mess, espace classé de spectacles Le

Manège et Forge Toussaint) est une superbe entrée au sud de la ville. Le Fort Condé, bâti à l’origine autour d’un rocher, constituait une défense avancée de la citadelle de Charlemont.

2 sentiers ont été aménagés pour découvrir le site en accès libre. Il est accessible depuis la

Route de Philippeville tout comme la Chapelle Walcourt, classée à l’Inventaire Supplémentaires des Monuments Historiques. Givet est, également, une étape sur la « Via Charlemagne », route patrimoniale qui traverse l’Europe sur les traces de son illustre fondateur, Charlemagne.

Le village médiéval de Hierges et son château emblématique

Aux portes de la Belgique, marqué par l’histoire de son château, le village médiéval de Hierges est l’un des plus beaux des Ardennes françaises. Un lieu plein de charme pour flâner dans son artère principale pavée, et découvrir ses maisons en pierre bleue et aux toits d’ardoise. La ruelle qui monte à l’église Saint-Jean-Baptiste vous rapproche des ruines romantiques du château de Hierges, qui semble veiller en maître sur le village.

Là, plus de 1000 ans d’histoire s’offrent aux visiteurs. Ce château, construit au XIe siècle, et ses résidents, ont joué de tout temps un rôle important dans l’histoire de l’Europe.

C’est de ce château qu’est parti le conflit entre François 1er, Roi de France, et Charles

Quint, Empereur du Saint-Empire romain germanique. Reconstruit au XVIe siècle, ce château, aujourd’hui propriété privée, témoigne encore de l’art militaire mosan.

Fumay, les ardoisiers ont fait vibrer la ville pendant huit siècles, ce qui a marqué son architecture. Construite entre Meuse et collines, la cité offre un panorama de maisons typiques du XVIIIe siècle, d’abord réalisées en ardoise et en pierre bleue de Givet, comme la Fresque des Scailleteux, puis en brique et en pierre de Dom avec laquelle fut construite l’église Saint Georges et la mairie de Fumay . La spécificité se retrouve également dans la forme des habitations, rectangulaires, puis en forme de « L » et de « T ».

Autre élément typique de l’architecture fumacienne, à découvrir en flânant au fil des rues, la Chapelle Ste Barbe, la Chapelle St Roch, dont la cave s’ouvre à même le sol et dont la porte d’entrée individuelle est surmontée d’une imposte.

C’est au VIIIe siècle (762) que Revin entre dans l’histoire. A cette époque, c’est le Roi Pépin le Bref qui fait donation à l’abbaye de Prüm, des terres de Revin, Fumay et Fépin. Revin se limite alors à un lieu de culte consacré à la Vierge Marie, vraisemblablement entouré de quelques fermes. Revin sera longtemps terre convoitée, durant les guerres entre le Saint-Empire et le Royaume de France jusqu’en 1769 où Revin est alors rattaché définitivement à la France. A cette époque, la vie économique est essentiellement tournée vers la forêt (sylviculture) qui représente le revenu le plus important malgré le travail du fer. Tout le commerce se fait alors par la Meuse qui demeure jusqu’au XIXe siècle la voie de communication par excellence. L’essor de l’industrie au XIXe siècle entraîna le développement industriel, économique et démographique de la ville de Revin. Grâce notamment au désenclavement de la cité par la construction de deux ponts vers 1840, la canalisation de la Meuse et surtout l’arrivée du chemin de fer en 1860.

La ville vous surprendra au détour de ses « voyettes » (ruelles), nombreuses dans le vieux

Revin. Les unes vous mènent au Quai des Bateliers et à ses maisons à pans de bois tel que la Maison Espagnole retraçant le passé industriel de la ville, connu aussi sous le nom de Musée du Vieux Revin. Les autres, à l’Église des Dominicains et son ancien couvent... toutes chargées d’histoire.

Partez en randonnée citadine sur le passé industriel de Revin et découvrez des histoires d’industries et de grandes familles célèbres (Faure, Arthur Martin…) qui ont marqué Revin, des histoires d’hommes de labeur…

Programme et horaires des visites guidées

Les jeudis et samedis

10h - Randonnée urbaine dans la ville de Revin

14h - Visite du village médiéval de Hierges

16h - Visite du village médiéval de Hierges

Les vendredis et dimanches

10h - Visite de la cité ardoisière de Fumay

14h - Visite du centre historique de Givet

16h - Visite du centre historique de Givet

 

Les tarifs

7€ / adulte

4€ / enfant

12€ Pass 4 visites / enfant

20€ Pass 4 visites / adulte

15€ les 4 visites / adulte avec le Pass tourisme (sortie prévue mi-juillet)