Voir les photos (2)

Porte de la ruelle Charles Quint

Site et monument historiques ,  Histoire à Givet

  • Au XVIIe siècle (1621), des religieuses Ursulines, qui assuraient alors l'éducation des jeunes filles, résidaient en leur maison.
    Cette maison se trouvait en bord de Meuse, à l'intérieur des remparts, vraisemblablement à côté de ce qui devait devenir l'ancienne clinique.

    La porte restante aujourd'hui provient-elle de cette maison ou a-t-elle été reconstruite postérieurement lorsqu'un autre groupe de religieuses s'installa au même endroit ?
    Pierre Hubert y fait allusion en parlant des...
    Au XVIIe siècle (1621), des religieuses Ursulines, qui assuraient alors l'éducation des jeunes filles, résidaient en leur maison.
    Cette maison se trouvait en bord de Meuse, à l'intérieur des remparts, vraisemblablement à côté de ce qui devait devenir l'ancienne clinique.

    La porte restante aujourd'hui provient-elle de cette maison ou a-t-elle été reconstruite postérieurement lorsqu'un autre groupe de religieuses s'installa au même endroit ?
    Pierre Hubert y fait allusion en parlant des établissements religieux (150 ans de vie givetoise 1789-1940) : "Quai des Fours, un grand bâtiment recevait des enfants aveugles dont s'occupaient également des religieuses".

    Sur d'anciennes cartes postales, on peut voir de gauche à droite un grand bâtiment, sans doute du XIXe siècle, qui devait laisser place bien plus tard à la clinique de Givet, puis on perçoit très bien la porte, celle-ci précédant le grand bâtiment ayant  au centre un porche d'entrée (bâtiment sans doute également du XIXe siècle, de même facture que le précédent).
    Le bâtiment des religieuses était vraisemblablement celui-là. Il a abrité, jusqu'à récemment le centre européen des métiers d'art et aujourd'hui, la cellule givetoise de l'office de tourisme communautaire.

    La porte qui nous intéresse, elle, lui est antérieure, peut-être de l'époque des Ursulines ?
    La question demeure !
  • Langues parlées
    • Français